Rate this post

Bonjour!

Me revoilà avec le dernier volet concernant la reconversion. Nous avons vu il y a quelques semaines comment faire le point, puis comment trouver son job de rêve. Deux étapes primordiales, je t’invite  à lire ces articles afin d’aborder sereinement ton passage à l’action. En effet, le sujet de la reconversion professionnelle est délicat, on a souvent peur de se tromper, de faire les mauvais choix, les doutes et le manque d’estime de soi remontent souvent à la surface. Je souhaitais aborder avec toi l’aspect final de la reconversion : le passage à l’action!

Les trois étapes de la reconversion

Comme je te l’expliquais dans mon précèdent article sur la reconversion, j’ai pu constater dans mon propre processus de reconversion et chez mes clientes qu’une personne qui traverse cette phase va passer par trois étapes. A moins que tu saches très précisément ce que tu veux faire, et dans ce cas il est possible de sauter l’étape deux (bien que selon moi elle soit tout de même utile pour mieux se connaître et éventuellement réajuster certains paramètres pour se créer un job sur-mesure, qui te corresponde à 100%).

Revenons ensemble sur ces étapes :

– le “stop”, ou “déclic”. Tu sens qu’il est temps d’arrêter de te voiler la face, tu sors la tête de l’eau pour reprendre ton souffle. C’est le moment où tu réalises que ton travail actuel ne te correspond plus, et qu’il est temps de réagir. Il correspond à mon premier article: faire le point

Tu prends du recul par rapport à tes envies, tes besoins (pour t’aider je t’invite à t’inscrire au Groupe Privé et imprimer le cahier de 7 pages que j’ai créé pour t’aider à faire le point).  Souvent à ce moment précis, soit tu vas te dire “je n’en peux plus de ce job”, ou bien ton corps va le manifester très clairement si tu n’as pas su t’écouter (burn out, maladie, dépression,…. bref). Tu vas alors te rendre à l’évidence: tu as envie de reconversion. Pour te donner mon exemple, en quittant mon poste dans lequel j’avais passé six ans, au départ j’évoquais la raison du faible salaire et de l’inexistence des possibilités d’évolution. Or, après avoir changé pour un job où j’avais un salaire bien plus conséquent, il s’est avéré que le problème de fond ne se trouvait pas là. J’avais besoin de retrouver du sens, pas d’un salaire plus élevé!

-le “temps de réflexion“. C’est selon moi le moment qui va être le plus long, car tu peux passer par différentes phases. Il est possible que tu remettes sans cesse ton projet de reconversion en question en te disant que “finalement ton travail actuel n’est pas si pire”. Ton besoin de sécurité, ta peur de l’inconnu mais aussi tes croyances peuvent te bloquer longtemps à ce niveau. C’est là que le coach va agir comme un levier et un accélérateur: il va débloquer la situation. Clique ici pour réserver ta séance diagnostic gratuite et voir où se situent tes blocages!

C’est ce qu’on pourrait aussi appeler “l’autruche”; quoi de plus réconfortant que de garder la tête enfouie dans un petit trou rassurant, et de plus effrayant que de la sortir de là pour découvrir le monde qui nous entoure?! C’est ta zone de confort: ce petit cocon bien rôdé où il ne t’arrive jamais rien d’inhabituel, ou si peu! Si tu décides que tu y es bien et qu’après tout pourquoi prendre des risques et changer ses habitudes, alors restes-y. Mais tu risques d’avoir des regrets, un jour ou un autre. Et à choisir entre le changement et les regrets, mon choix est vite fait! Je reviendrais sur le sujet de la peur un peu plus bas dans cet article!  Pendant ce “temps de réflexion”, tu vas tout faire pour cerner ton job de rêve, et décider (ou non) de t’engager dans cette voie.

 

  • et enfin, le « passage à l’action » : ce moment où tu te sentiras sûr de toi (si ce n’est pas le cas c’est que tu n’as pas encore trouvé ce qui te ferais vraiment vibrer, prends ton temps, reprends les exercices, vas creuser plus loin pour trouver ton Pourquoi) , de tes choix, et prêt à rentrer dans le vif du sujet. Cette étape nécessaire ne pourra émerger sans les deux précédente, le processus de reconversion est un réel cheminement, une profonde remise en question sur toi-même. Nous allons maintenant nous pencher sur cette phase finale: comment passer à l’action?

Passer le cap

Il n’y a pas vraiment d’étape plus difficile ou plus facile parmi les trois citées au-dessus. Chacune comporte son lot de difficultés et de réjouissances.

La première m’a prouvé que j’avais du courage, que je savais m’écouter et assumer mes choix, jusqu’au bout. J’ai gardé le cap, malgré les tempêtes intérieures qui se déchaînaient en moi. Mais j’ai aussi traversé des moments très durs, je m’en voulais presque. Je ne comprenais pas ce besoin de changement à un moment-clé de ma carrière, en fait je ne ME comprenais pas. J’ai d’ailleurs failli replonger à toute vitesse dans un job on ne peut plus déprimant, par peur de me confronter…. à moi-même!

La seconde m’a enseigné l’écoute de soi. Qui je suis, quels sont mes besoins, mes envies? Elle m’a réappris à me projeter, à m’imaginer. J’ai redécouvert ce que j’aimais, ce pour quoi j’étais faite, et en quoi j’étais naturellement douée. Là encore, ça a été difficile. Il fallait que je découvre tout par moi-même, seule. Je piochais à droite à gauche des outils, je lisais des blogs, je tapais le mot “reconversion” à tout bout de champ dans les barres de recherche, à la recherche d’une réponse… que moi seule pouvait donner, puisqu’elle se trouvait en moi! Si vraiment tu te sens perdue je ne peux que te conseiller d’aller voir un professionnel de l’accompagnement ou de réserver dès maintenant ta séance diagnostic avec moi: tu gagneras du temps, de l’énergie et de la confiance!

Et finalement j’ai passé le cap: reprendre ma vie en main, faire des choix importants, décider de mon avenir et de me lancer dans l’aventure de l’auto entrepreunariat. Passer à l’action a été merveilleux et très confrontant à la fois. Je devais choisir parmi pléthores de formations, sans rien y connaître. Alors je me suis inscrite sur une application professionnelle, pour échanger avec des gens du métier et glaner des informations. ça m’a permis de déblayer, voir un peu quelle formation ils avaient fait, ce qui leur avait plu, ou pas… J’ai ainsi pu cerner les aspects fondamentaux pour moi (je t’en parle d’ailleurs juste ici). J’ai aussi été confronté au syndrome de l’imposteur par moment, j’avais peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas y arriver…. Au final, maintenant que j’y suis, je ne regrette pas une seule seconde les choix que j’ai fais et je recommencerais sans hésiter!

Approfondir

J’ai ensuite contacté directement les centres de formation, demandant des brochures, des infos, des tarifs. Je me suis renseignée sur les financements possibles , sur mon compte CPF, bref, j’ai creusé, encore et encore! Je me suis beaucoup fiée à mon ressenti pour choisir ma formation. Jusque-là mon intuition m’avait bien guidée, pourquoi l’abandonner en si bon chemin? En arrivant sur le site de certaines écoles, pourtant parfois conseillées par des coachs certifiés, je ressentais immédiatement si cette formation n’était pas pour moi. Et j’ai fini par trouver celle qui me correspondait. J’ai pris contact avec eux, j’ai eu l’occasion de parler avec un ancien élève, puis de rencontrer le directeur ainsi que des élèves en cours de formation… Et, une fois de plus, mon intuition s’est révélée fiable: c’était précisément là que je voulais aller, c’était ce que je cherchais!

Si je n’avais qu’un conseil à te donner, ce serait d’échanger. Rapproche-toi de professionnels, questionne-les. Personne ne te parlera de leur quotidien mieux qu’eux. Parfois entre l’image que tu as de la profession et la réalité il peut y avoir un fossé. Il est primordial de t’y confronter avant d’entrer dans le métier en question. Multiplie les contacts, si possible échange aussi avec des élèves en cours de formation, savoir ce qu’ils en pensent et quels conseils ils pourraient te donner.

Voici une liste non exhaustive des points à aborder avec un professionnel:

-les principales tâches quotidiennes

-décrire une semaine type

-responsabilités et degré d’autonomie nécessaire

-horaires et conditions de travail

-les éventuels déplacements

-travail d’équipe ou plutôt indépendant

-risques ou contre-indications spécifiques

-quel environnement de travail

-compétences, niveau et expériences requis

-capacités et qualités personnelles requises

-organismes de formation

avantages et inconvénients de la profession

Bien entendu, s’il est possible de passer quelques heures sur son lieu de travail ou, encore mieux, de faire un stage, il ne faut pas hésiter!

Cet article te plais? Partage-le sur Pinterest!

Affronter sa peur et y aller

Souvent j’ai eu peur, mais je n’ai jamais pensé à abandonner. Pour plusieurs raisons. La première c’est que, comme je te l’ai dis au-dessus, j’ai beaucoup écouté mon intuition, j’allais là où elle me portait et quand je sentais qu’une porte s’ouvrait, même si ce qui était derrière me faisait peur, j’y allais! La seconde c’est que je me suis fait une promesse: ne pas avoir de regrets! Je préférais prendre un risque en passant à l’action que ne pas tenter pour me demander par la suite ce que ça aurait pu donner.

Je te parlerais bientôt de la confiance en soi mais je vais aborder succinctement un point essentiel ici avec toi: si tu attends d’avoir pleinement confiance en toi pour agir, tu attendras toute ta vie. L’expérience m’a fait comprendre que la confiance en moi venait en agissant, c’est comme une habitude à prendre. Il y a encore quelques mois j’étais quelqu’un d’introverti, aujourd’hui je m’éclate à faire des vidéos dans mon groupe Facebook! Il n’y a pas de secret, ou alors s’il y en a un ce serait le suivant: agis, la peur disparaîtra. Donc oui tu as peur, on a tous peur, tout le monde manque de confiance en soi, il n’y a pas un coaching où le problème de la confiance en soi n’est pas abordé avec mes clientes. Pourtant tu sais quoi? Elles agissent! Et plus elles agissent, moins elles ont peur!

Poser de petites actions concrètes

Pour atteindre ton objectif, voilà ce que je te conseille: pose chaque jour de petites actions concrètes. Chaque semaine, fais la somme de toutes les petites actions que tu as accompli, et en fin de mois fais un bilan. Qu’est-ce que tu as accompli ce mois-ci, qu’est-ce qui a été difficile, pénible ou compliqué? Pourquoi? As-tu identifié des peurs, des freins, des croyances? Que dois-tu accomplir maintenant pour passer au niveau supérieur? Et ainsi de suite….

Il faut être méthodique et organisé, planifier, organiser, découper. Ainsi non seulement l’objectif final de la reconversion paraît bien moins impressionnant mais en plus ça permet de constater son avancée et d’être fier de soi!

Cadeau exceptionnel!

Exceptionnellement je t’offre une séance diagnostic gratuite, pour faire le point sur ton projet, avoir une vision plus claire pour la suite et voir ce qui pourrait être amélioré pour faciliter ta progression! Pour cela il te suffit de répondre à quelques questions, je te recontacte dans les 24 heures!

Pour conclure

Pour conclure, j’ai envie de te dire que certes, une reconversion ce n’est jamais facile, mais ça en vaut la peine. Faire le choix de reprendre sa vie et son avenir en main, c’est une décision magnifique, et  courageuse! C’est pourquoi je te conseille vraiment de récolter un maximum d’informations, et, une fois de plus, de prendre ton temps. Quand tu te sentiras prêt, il faudra y aller, mais pas avant. Il y aura toujours des difficultés à surmonter, mais, étrangement, tu constateras que des situations et des rencontres se mettront sur ton chemin pour t’aider, sans que tu n’aies à demander quoi que ce soit. C’est exactement ce qui s’est passé pour moi.

Le but, c’est d’obtenir plus de cohérence et de satisfaction dans ta vie. Sentir ce qui te correspond et ce qui n’est pas pour toi. T’épanouir dans ton nouveau projet professionnel, voilà le pari que tu te lances en démarrant un projet de reconversion: ne perds jamais cet objectif des yeux !

Il va te falloir une bonne connaissance de toi, mais aussi penser à garder un équilibre entre ta vie professionnelle et ta vie personnelle. Même si tu fais le choix de changer de carrière, n’oublie pas qu’être heureux c’est avant tout savoir trouver un juste milieu. Si tu te poses les bonnes questions avant d’entamer cette reconversion, et que tu suis un plan d’action réfléchi et cohérent, tu as toutes les chances de développer un réel potentiel, jusque-là enfoui en toi ! C’est sans doute l’opportunité de ta vie pour t’épanouir et lui redonner du sens !