Rate this post

Heyyyyy!!!!

Aujourd’hui, je vais écrire un article sur un livre quelque peu controversé dans le monde de l’entrepreneuriat, et ce en partie à cause de son titre. Parce que « rien glander sur une plage de sable blanc à l’autre monde quand on est entrepreneure, et bosser 4h/semaine, c’est mignon mais tu as vite compris que c’était une fausse promesse, pas vrai ?! Je pense qu’en effet le titre n’est pas forcément adapté, mais peu importe : c’est le contenu qui nous intéresse!
Cet article et pour toutes celles qui se lancent et qui trouvent que le monde de l’entreprenariat c’est difficile et compliqué, pour celles qui pensent que pour réussir il faut en baver. Ce livre a complètement changé ma manière de voir certaines choses, d’ailleurs je le conseille à certaines de mes clientes entrepreneures. J’ai lu beaucoup d’avis de personnes qui disait que ce livre n’était absolument pas applicable à des business beaucoup plus petits, à taille humaine, et différents de celui de l’auteur. Je ne suis pas d’accord. Je crois qu’il faut voir plus loin, avoir une vision plus vaste. Tout est dans ce qu’on lit à travers les lignes, et comment on se réapproprie les grands principes que nous propose Tim Ferriss. Il donne de vrais éléments clés qui peuvent devenir des leviers pour la construction de son activité. J’ai donc décidé de reprendre pour toi les grands principes qui m’ont marqués. Je ne vais pas te faire un résumé du bouquin entier, juste de ce que j’ai compris et retenu de ce livre que je considère, pour ma part, un peu comme le livre de chevet de l’entrepreneure à succès.

La semaine de quatre heures : mythe ou réalité ?

Je vais lever un voile tout de suite : ce livre te rendra plus efficace, plus organisée si tu appliques ce qui est dedans (je ne vais pas vraiment revenir sur ces principes ici, si ça t’intéresse je t’invite à le lire ou à me laisser un commentaire) mais ne te permettra pas de travailler quatre heures par semaine, tout simplement parce que tu n’en auras pas envie. En fait, quand tu fais quelque chose que tu aimes vraiment, la vraie question ce n’est pas comment ne plus rien glander, mais bien comment optimiser mon temps de façon à ce que chaque action soit efficace, et se dégager du temps libre pour faire ce qu’on aime, autrement dire apprendre pour se développer et accroître son activité, toucher plus de monde. Et c’est là que la plupart des entrepreneurs se fourvoient, car ils croient que le but ultime c’est de ne plus travailler. C’est d’ailleurs peut-être le tien , et c’est ok.

Mon rêve à moi, c’est de me développer encore et toujours, de me dépasser sans cesse, et de me prouver que ce que je croyais impossible la veille était en fait possible. Je t’invite à te poser la question toi aussi: dans le fond ton vrai rêve, c’est de te prouver que tu es capable de grandes choses, ou de te prélasser 16 heures par jour dans un hamac? L’épanouissement passe par l’accomplissement de soi, tu ne crois pas ?

Avoir du temps oui, mais pour le mettre au service du développement de mon activité, de mon bien-être, me former, apprendre de nouvelles choses sur moi, mon corps, mon propre développement, mon fonctionnement pour pouvoir le retransmettre ensuite. Et c’est là le grand mensonge : un entrepreneur heureux ne travaille pas moins, il travaille juste plus efficacement, avec plaisir et dans sa zone de génie. Du coup, la notion de travail prend une toute autre dimension.

Le rêve de l’entrepreneur :

Tim reviens sur ce point dès le début, il donne une explication très juste. Il nous explique que le rêve, ce n’est pas d’avoir 1 million sur son compte, mais bien la liberté totale de mode de vie que ce million est censé rendre possible.

Il nous explique ensuite ce que c’est pour lui, être un bon entrepreneur :

–avoir des gens qui travaillent pour soi (déléguer)

–bannir « le travail pour le travail » et les croyances du type « il faut travailler dur et en c***** pour réussir », et au contraire faire le minimum nécessaire pour un effet maximum (la loi du 80/ 20 de Pareto)

–répartir les périodes de détente et aventure à intervalles réguliers tout au long de la vie et admettre que l’inactivité n’est pas le but, mais bien faire ce qui m’enthousiasme

Faire toutes les choses dont j’ai envie et être qui j’ai envie d’être

–N’être ni le patron, ni le salarié, mais le propriétaire. Posséder les trains et avoir quelqu’un qui veille à ce qu’ils soient à l’heure. Autrement dit, te consacrer à ce qui te fait vibrer, et déléguer le reste à quelqu’un de compétent et de passionné.

–Gagner de l’argent pour des raisons précises, avec des rêves précis à réaliser, dates et étapes incluses. Se demander souvent « pourquoi je travaille ? »

– Avoir plus de qualité et moins de choses inutiles. Ma vie a-t-elle un but ? Est-ce que j’apporte quelque chose d’utile à ce monde ?

–Voir grand, mais veiller à me payer d’abord.

–Le droit de ne pas faire ce que je n’aime pas mais aussi la liberté et la détermination de me consacrer à mes rêves sans retomber dans « le travail pour le travail »

Les 10 règles de base :

Tim donne 10 règles qu’il appelle des « briques de différenciation de base » dont il nous invite à se souvenir pour ne pas se perdre dans notre activité.

1. la retraite n’est qu’une assurance contre le scénario du pire : être dans l’incapacité de travailler et avoir besoin d’un réservoir de capital pour survivre. Ce n’est donc pas une fin en soi.

2. L’intérêt et l’énergie sont cyclique. Il est important d’alterner périodes d’activité et de repos. Travailler uniquement quand je suis le plus productif.

3. Travailler moins ce n’est pas de la Paresse: il vaut mieux être productif qu’occupé

4. Il n’y a pas de « bons moment ». Si c’est important pour toi et que tu veux le faire, fais-le maintenant et corrige le tir chemin faisant.

5. Demande pardon mais ne demande pas la permission. Lance-toi et justifie toi après si nécessaire.

6. Mise tout sur tes points forts, n’essaye pas de corriger tes points faibles. Il est plus lucratif et amusant de capitaliser sur ses points forts en ayant une utilisation optimale de ses meilleures armes. En effet, souvent, on essaye d’être bon en tout, et du coup on s’épuise, on se frustre. Ce qui fonctionne le mieux, c’est de comprendre ce dans quoi on est naturellement excellent et d’y aller à fond.

7. Trop c’est trop : fais une utilisation positive de ton temps libre, fais ce que tu veux par opposition à ce que tu te sens obligé de faire

8. L’argent seul n’est pas la solution : tu dois faire une intense Introspection et prendre des décisions pour créer une vie de plaisir.

9. Le revenu relatif est plus important que le revenu absolu. Le revenu relatif doit s’élever au montant minimum nécessaire pour atteindre tes objectifs.

10. Le mauvais stress et le bon stress : l’eustress est un stress positif. Pour le booster on utilise par exemple des modèles ou mentors qui nous poussent à dépasser nos limites, l’entraînement physique, les risques qui élargissent notre zone de confort. C’est un stress bon pour la santé, qui stimule le développement. Il n’y a pas de progrès sans stress positif et plus nous pouvons en créer ou en appliquer à nos vies, plus vite nous réalisons nos rêves.

Ok , et là je te voie grimacer derrière ton écran : déléguer mon travail, gagner beaucoup d’argent, m’accorder du temps libre…. En même temps ça fait envie, et en même temps….ça te chafouine un peu tout ça, pas vrai, ça te parais irréalisable, tu t’es toujours dis que tu devrais travailler dur, ce n’est pas vraiment à l’ordre du jour ? Parce qu’un amas de croyances et de peurs y sont liées. Je me souviens de cette cliente me disant comme ça, l’air de rien « l’argent et la puissance ça ne m’intéresse pas! » Et là tu te dis sans doute « bah oui moi non plus ce n’est pas ça que je veux ». J’entends d’ici cette petite voix au fond de toi : « l’argent c’est mal, c’est sale, en avoir trop ça pourrit les gens, c’est une course sans fin, et la puissance beurk, ça doit impliquer beaucoup de responsabilité, d’écraser les autres, non, quelle horreur ».

Ok, je t’invite si tu le souhaites à faire un micro coaching et à creuser : qu’est-ce qui te fait dire ça? Qu’est-ce que tu supposes par rapport à la puissance, à l’argent ? Qu’est-ce que ça réveille à l’intérieur de toi ? Quelle image tu t’en fais ? As-tu des expériences qui y sont liées, une éducation, un modèle parental ? Et ça veut dire quoi, l’argent, la puissance ? C’est quoi « trop d’argent » ou au contraire « pas assez » ? Ce serait quoi du coup la « limite raisonnable », celle qui te permettrait de bien vivre ? Et la puissance, c’est quoi pour toi, quelle en est ta définition ? Est-ce qu’il y aurait une puissance positive, une puissance négative ? On fait quoi, où, quand, avec qui quand on est puissant ? Si toi tu étais puissante, tu ferais quoi ? A quoi ressemblerait ta vie ?
C’est tellement commun tout ça, surtout chez les gens qui bossent dans le développement personnel, les médecines douces, la spiritualité,…

Cet article te plais? Partage-le sur Pinterest!

Les astuces à garder en tête :

Dans « la semaine de 4 heures », Tim nous parle aussi de la peur, et j’adore sa façon de voir les choses. Il nous explique qu’en fait, pour dompter la peur, il faut la définir. C’est précisément ce sur quoi je travaille en coaching, je t’en parlais d’ailleurs dans l’article « Ce qu’on ne te dis pas sur la peur».
Il aborde aussi le sujet du déni optimiste, que j’appelle la « pensée magique » : c’est le fait de se dire que la situation s’améliorera avec le temps ou des éléments extérieurs. D’où le piège parfois avec la loi de l’attraction ou les rituels lunaires, de se dire « il suffit de demander, ça va venir ». Non, ça ne dépend pas de l’extérieur, en fait c’est même l’inverse : tout part de toi, tu es l’élément déclencheur ! Pour ça la question à te poser est la suivante : « Es-tu plus heureuse aujourd’hui qu’il y a 10 ans, 5 ans, 1 an, 1 mois ?” Si la réponse est non sache que ce n’est pas immuable : il suffit d’agir !

Les 4 clés essentielles

S’il n’y avait que 4 éléments à retenir de ce livre, je dirais que, selon moi, ce sont les suivants.

A eux seuls ils peuvent changer ta vision et ta compréhension de l’entrepreneuriat :

L’irréaliste est plus facile à réaliser que le réaliste:

Dans son livre, Tim nous explique que 99% des gens sont convaincus qu’ils sont incapables de réaliser de grandes choses et donc, visent le médiocre. Il nous invite à ne pas surestimer la concurrence, et à ne pas se sous-estimer. Il nous explique que les objectifs déraisonnables et irréalistes sont plus faciles à atteindre, puisque la concurrence est moindre sur les objectifs peu communs ! C’est d’ailleurs exactement comme ça qu’a démarré ma réflexion sur le lancement de mon activité (si toi aussi tu as besoin de réfléchir à ton positionnement rejoins mon mini cours, entrepreneure à succès) : impossible pour moi de proposer du médiocre ou du bas de gamme, puisqu’une de mes valeur phare, je l’ai constaté quand j’étais salariée, c’est la qualité. C’était donc une évidence pour moi de sortir du cadre du coach « classique » et de proposer du haut de gamme.

La question ultime:
Tim nous invite dans son livre à nous poser une question, simple mais essentielle : « Qu’est-ce qui m’enthousiasme ? » Autrement dit, bien définir ce que je veux et le lier à combien je veux avoir sur mon compte.
Avant de passer à l’étape suivante je dois cependant préciser quelque chose : ne crois pas qu’il suffit de lancer son activité et de s’assurer un fond de roulement pour être « tranquille ». Tu changes, tu évolues, il en sera donc de même pour ton activité. En effet, si tu veux te sentir alignée, il est essentiel que ton activité indépendante suive ta propre évolution personnelle. Dans l’entrepreneuriat ce n’est pas dissocié : ton énergie, ton évolution s’appliquent à ce que tu fais professionnellement. C’est pourquoi, si tu veux que ton activité se développe bien et rapidement, tu dois sans cesse réajuster ce qui a besoin de l’être. Je te l’explique dans mon mini cours entrepreneure à succès : il est important d’écouter son intuition mais aussi de ne rien laisser au hasard !
Tout ça pour te dire que si tu ne réajuste pas à temps, ou que le réalignement n’est pas juste, il est possible que tu perdes peu à peu la flamme, le feu, ce qui te faisais vibrer au départ dans ton activité. Tim nous livre deux clés intéressantes à ce sujet. La première c’est que pour reprendre le bon chemin il faut planifier ses rêves, leur assigner une chronologie. Ne plus faire de souhaits ambigus mais bien leur assigner des étapes claires et précises. Il nous explique aussi que les objectifs doivent être irréalistes pour être efficace, c’est ce qu’on appelle aussi la Grande Vision : qu’est-ce qui, aujourd‘hui te fais peur, te parais complètement hors de portée et en même temps te donne des ailes, te fais rêver ? Transforme le rêve en objectif, et mets-toi en route !

Liberté et possessions:
Il nous explique enfin qu’on a tendance à s’auto saboter dans notre quête de liberté et de temps libre car qui dit temps libre dit trouver des activités qui combleront le vide. Or, vivre comme un millionnaire nous explique-t-il, c’est faire des choses intéressantes plus que posséder. Personnellement mon rêve serait de ne rien posséder. Je crois que la vraie liberté c’est ça : faire ce qu’on aime et ne dépendre d’aucun bien matériel. Qu’est-ce que tu en pense ?

Les actions les plus importantes ne sont jamais confortables:

Que rajouter, si ce n’est que c’est ici le fondement, le principe-phare du coaching ?

Il y a quelques semaines une de mes clientes m’a envoyé un mail qui m’a beaucoup touché, quelques jours avant sa séance finale, celle où on fait le bilan. On venait de travailler ensemble pendant 3 mois sur le développement de son business, elle a sacrément bien bossé et je l’ai vu se transformer, en même temps que son activité! Voilà un extrait de ce qu’elle me disait : « La décision de faire ce coaching avec toi a été l’une des meilleures de ma vie, je me sens tellement grandie, tellement moi. Bien sûr, ça remue beaucoup, mais je n’aurais pas réussi un tel changement toute seule. » Elle m’a d’ailleurs livré en privé avoir senti en début d’année de manière intuitive que 2018 serait l’année du changement, que ce ne serait pas forcément facile mais nécessaire pour son évolution. C’est exactement ce qu’il s’est produit, parce qu’elle a décidé de sortir de sa petite zone de confort pour passer aux choses importantes et recréer sa vie.
Voilà ce que nous dit Tim à ce sujet : il est possible de se conditionner à l’inconfort et le surmonter. Il est impératif de développer l’habitude de prendre des décisions. En fait c’est simple : plus je repousse les limites de ma zone de confort, plus j’ai de chances d’obtenir ce que je veux.

 

Viens me dire en commentaire: est-ce que tu avais déjà lu ce livre? T’avait-t-il plu? Pourquoi? Si non, que penses-tu des différents enseignements que j’en ai tiré? Est-ce que ça t’offre une autre perspective sur l’entrepreneuriat?