Rate this post

Hellooooo!

Parlons peu, mais parlons bien ! Haha non, bon ok j’arrête tu sais bien que mes articles sont plutôt longs 😉 Aujourd’hui on va se pencher sur le sujet de la reconversion professionnelle et voir comment faire pour optimiser ses révisions quand on se lance dans un projet de reconversion. Hé oui, souvent le temps des études et de la scolarité est (plus ou moins) loin, et les révisions n’étaient plus à l’ordre du jour depuis longtemps ! Se remettre dans le bain n’est pas toujours évident et peut même créer de véritables angoisses pour celles dont la scolarité a été difficile.

Ce que j’ai immédiatemment compris quand j’ai repris des études en choisissant de me tourner vers le coaching, c’est que je devais comprendre mon fonctionnement pour optimiser mes révisions. Ok et donc là je te vois d’ici, fronçant les sourcils « comprendre ton fonctionnement… ? » Oui, on a beau avoir la chance pour la pluprt d’avoir une constitution à peu près identique, autrement dit un cerveau avec deux hémisphères, deux yeux, un nez, une bouche, et un corps, à l’intérieur ça ne fonctionne pas pareil pour tout le monde. Attends, je t’explique tout ça.

Je ne sais pas pour toi mais pour moi , comme on me l’avait toujours enseigné, il y avait deux types de mémoire sensorielle: visuelle et auditive. Bizarrement je n’avais jamais vraiment défini où je me trouvais: je ne suis pas du tout physionomiste, à moins que la personne m’aie marquée pour une raison X ou Y, il y a de grandes chances pour que je ne la reconnaisse pas (ce qui m’a valu des situations cocasses lorsque je travaillais dans le commerce! Heureusement avec mes clientes tout va bien merci !). J’ai du mal à me souvenir des films, des séries, des livres…. Auditivement c’était un peu pareil, j’avais beau lire mes cours à voix haute pour imprimer leurs contenu dans mon cerveau, je ne me sentais pas plus “auditive” que “visuelle”.

J’avais donc laissé tombé, me disant que j’étais sans doute un peu des deux ou un genre de d’espèceétrange qui n’aurait pas de type de mémoire spécifique, et voilà, point barre, passons à la suite. J’ai toujours été relativement bonne à l’école, sans trop forcer je m’en tirais avec la moyenne, mais rester assise toute la journée était une vraie contrainte, je dessinais tout le temps, l’inactivité m’était très pesante (ma mère me raconte d’ailleurs souvent cette anecdote où, alors que j’étais en maternelle, je serais rentrée de l’école en lui disant que je n’aimais pas être assise en classe! Comme quoi certaines choses se définissent jeune!). Et, bien entendu, ça ne m’aidait pas à apprendre puisque plus je ressentais ce besoin de mouvement, plus mon esprit se focalisait là-dessus, et moins j’étais attentive à ce qui se passait ou disait autour de moi. Ce qui explique surement pourquoi, rapidement après mon bac, j’ai ressenti le besoin de partir dans une voie plus manuelle, créative, où je serais dans l’action. Travailler derrière un bureau toute la journée me semblait impensable. Et l’école commençait à me rebuter, je ne me sentais pas en adéquation avec ses méthodes.

La kinesthésie, c’est quoi?

L’année dernière je suis tombée complètement par hasard sur le mot kinesthésie. Il m’a intrigué, et en regardant sa définition je ne m’attendais pas du tout à ça: “La mémoire kinesthésique concerne toutes les perceptions par le toucher. Il est parfois question de mémoire tactile. Une personne kinesthésique a besoin de bouger, de dessiner, bref, de mettre son corps en mouvement et de ressentir des émotions pour retenir les leçons.” En fait avant de lire cette définition je ne savais pas du tout ce qu’était la kinesthésie!

Sans même faire de test (il en existe des dizaines sur internet), j’ai tout de suite su: j’étais donc KINESTHÉSIQUE!!! Tout s’expliquait! Comment voulez-vous vous sentir adaptée dans une société qui connaît vos besoins mais n’en tient jamais compte tout au long de votre parcours scolaire? Comment se fait-il qu’on connaisse la kinesthésie, qu’on la définisse, qu’on l’analyse, et que l’on n’utilise pas ces données lors de notre processus d’apprentissage? Pourquoi on ne nous fait pas passer un test en maternelle pour savoir quel est notre type de mémoire afin d’y adapter (pour le reste de notre scolarité ) nos méthodes d’apprentissage? Combien d’enfants ont l’impression de ne pas être adaptés au milieu scolaire alors que c’est justement l’inverse?! Je n’ose même pas imaginer la quantité de personnes qui a pu être dégoûté de l’école à cause de ça…

Einstein le traduit très justement: “Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur sa capacité à grimper dans un arbre, il passera sa vie entière à croire qu’il est stupide”. Coucou les kinesthésiques: nous étions juste des poissons à qui on demandait d’être des singes!

Comment savoir si tu es kinesthésique ?

Il existe différents signes qui indiquent que tu es kinesthésique :

  • Tu apprécie le confort et la douceur. Côté vestimentaire, tu as une prédilection pour les tenues décontractées ;
  • Tu es intuitive, instinctive
  • Lorsque tu marche, tu es concentrée sur tes réflexions intérieures. Tu es de ceux qui croise des proches dans la rue sans les voir ;
  • Lorsque tu discute, tu aime toucher ton interlocuteur : une petite tape dans le dos ou une accolade…
  • Tu as une imagination débordante et fais souvent preuve d’impulsivité ;
  • Tu te fie beaucoup à tes ressentis, en général il te faut à peine quelques minutes pour savoir si tu te sens bien avec quelqu’un ou dans un lieu
  • Tes émotions sont souvent intenses
  • Tu ressens sans cesse le besoin d’agir, d’expérimenter, sans quoi tu n’assimile pas ou mal l’information

Si tu regroupe au moins cinq de ces caractéristiques alors il y a de grandes chances que tu sois toi  aussi kinesthésique.

Cet article te plais? Partage-le sur Pinterest!!!

Comment le gérer lors de ta reconversion?

Tu dois rester en mouvement. Ça peut paraître étrange , mais c’est le cas: un kinesthésique qui s’arrête risque la dépression, son émotivité naturelle ne faisant que renforcer ce sentiment. Bouge, manipule, crée, invente, imagine, ressens, rencontre, sois active ! N’hésite pas à demander à ce qu’on te montre, à expérimenter par toi-même avant de te lancer, sinon gare au syndrome de l’imposteur! C’est un des critères sur lesquels je me suis basée pour choisir ma formation de coaching: elle devait être pratico-pratique! D’autant que je ne m’imaginais pas coacher une cliente sans m’être entraînée et avoir testé les outils moi-même auparavant! Donc oui, si tu souhaite par la suite développer ta propre activité c’est d’autant plus important, sans quoi tu risque de ressentir un gros sentiment d’illégitimité!

Tu as besoin d’idées nouvelles, de te connecter à ton intuition, de sortir des marasmes de ton cerveau? Vas faire une ballade, sors ton vélo d’appartement, fais  du yoga, prends une douche: ton esprit ne se mettra pas en marche si ton corps est inactif, tu auras alors la sensation de “pédaler dans la semoule” ou tu resteras bloquée dans le mental, à ressasser et ruminer! La reconnexion au corps est essentielle lorsqu’on est kinesthésique.

Accepte-le. Aller contre ta kinesthésie serait contre-productif! Une fois que tu réalise que tu es kinesthésique, mets en place des astuces au quotidien pour favoriser ta concentration. Elabore des techniques afin de te faciliter la tâche. J’ai remarqué par exemple que je mémorise mieux si je dessine en même temps que j’écoute (même si c’est des gribouillages complètement abstraits, peu importe), pareil quand je lis un livre un peu technique ou laborieux dont je veux tirer un enseignement: je prends des notes ou je réexplique à quelqu’un le contenu lors d’une promenade. Le fait de me mettre en action, de quelque façon que ce soit, m’aide énormément.

Pour te tester et en apprendre plus sur le sujet, je te propose le site de Pascaline Jouis, psychothérapeute à Nantes,  qui propose un test pour savoir quel est ton type de mémoire,  et t’envoie ensuite des fiches par mail en fonction de tes résultats! On trouve sur son site beaucoup d’informations , sache d’ailleurs qu’il est possible de cumuler plusieurs types de mémoire: tu peux être kinesthesique-visuel, auditif-kinesthesique, etc…

Dans mon prochain article sur la reconversion je te donnerais des méthodes d’apprentissage adaptées aux kinesthésiques!

Et toi, sais-tu de façon certaine quel est ton type de mémoire? Connaissais-tu la mémoire kinesthésique? Quels astuces as-tu mises en place pour optimiser tes révisions en fonction de ton type de mémoire ?