2 (40%) 1 vote

Hello!

Aujourd’hui je reviens avec un petit exercice pour tous ceux qui souhaitent changer de cap professionnel pour vivre leurs rêves, j’ai nommé l’Ikigai! En effet beaucoup d’entre nous se remettent en question ces derniers temps, et moi aussi je suis passée par là! Alors tu te demandes sans doute, si tu te sens concerné par cette problématique, “quelle est ma voie”? Comment savoir , être sûr que tu es sur le bon chemin, la route qui te correspond, dans laquelle tu pourras t’épanouir et même pour laquelle tu es fais? On te conseille sans doute d’aller faire un bilan de compétences, voir un conseiller professionnel, ? En effet, ça peut t’être utile, voire nécessaire dans certains cas. Mais saches qu’il est aussi possible de travailler  dans ton coin dans un premier temps,  faire tes propres expériences, seul face à toi-même! C’est ce que j’ai fais et ça a été très concluant pour ma part! Alors, comment trouver ta voie grâce à l’Ikigai?

Le principe de l’Ikigai:

L’Ikigai est une méthode japonaise pour trouver sa mission de vie (je te donne une autre méthode, qui est très complémentaire et pourra te donner des pistes dans cet article). L’équivalent de ce mot en français serait « joie de vivre » ou encore « raison d’être« . Ce mot n’a pas de traduction exacte , c’est la réunin de “iki” qui signifie vie ou être en vie et “gai”  qui veut dire ce qui vaut la peine et a de la valeur. Dans la culture d’Okinawa, ikigai est perçu comme une raison de se lever le matin. D’après Dan Buettner,  l’ikigai serait une des raisons de la longévité des Japonais dans cette région: avoir un but dans la vie, ça conserve! D’après les japonais nous avons tous un ikigai, et il évolue au cours de notre vie. C’est pourquoi il est impotant de rester à l’écoute de soi et de ses ressentis: quand on est  à sa juste place, généralement on le sent! La vie évolue sans cesse et il faut se réajuster  à ses nouveaux objectifs!

L’ikigai permet de trouver le sens de sa vie, ce pourquoi l’on est fait, et pour le trouver il ne faut pas avoir peur de sortir un peu de sa zone de confort et de s’maginer quelle serait notre vie telle qu’on la souhaiterais réellement!

 

 

 

Je t’ai trouvé une petite vidéo TED X pour mieux comprendre le principe

Pour reprendre les grandes idées:

la vocation est un idéal qui se trouve au carrefour de différents enjeux:

  1. financier: être payé pour ça
  2. affectif: aimer ça
  3. talent: être doué
  4. sociétal: répondre à un besoin du Monde pas ou peu satisfait

Comment s’y prendre?

L’exercice de l’ikigai est composé de 4 cercles entrelacés. Chacun des cercles comporte des grands titres: ” ce pourquoi vous êtes payés”, “ce dont le monde a besoin”, “ce que vous aimez” , “ce pourquoi vous êtes doué”: on retrouve donc ici les quatre enjeux cités précedemment. Au croisement des ces cercles, des sous-parties: “profession”, “mission”, “passion”. Et au centre , le fameux Ikigai.

Pour le remplir, le mieux et de commencer par les quatre grands cercles extérieurs pour petit à petit se rapprocher du centre. Au départ cherche des mots simples, des phrases. Puis, demande-toi ce qui “lie” ces différents cercles entre eux. Prenons par exemple “Ce que vous aimez”, et admettons que tu aies écrit “exprimer mes idées” par exemple. Et que dans “ce dont le monde a besoin” tu ai mis “du partage”. Ta mission pourrait être, par exemple, de partager ta vision du monde, à travers des podcast, des écrits, des poèmes,… Ou encore si dans “ce pourquoi vous êtes doué” tu as mis “loisirs créatifs” et que dans “ce que vous aimez” tu as mis “les enfants”, dans passion tu pourrais par exemple créer des box d’anniversaire, ou de la déco pour des chambres d’enfant (je pense notamment au compte d’estampapier sur instagram qui fait des choses absolument sublimes). C’est à toi d’aller te creuser les méninges, mais tu as compris l’idée! Montre-toi créatif, invente des mots, des expressions, mixe les mots, invente, imagine,…

Quelques exercices

Voici quelques exercices qui pourront t’aider à le remplir plus facilement ou du moins à déblayer le superflux pour faire émerger l’essentiel.

Notes les qualités que l’on t’as attribué au cours de ta vie: de l’enfance jusqu’à aujourd’hui. Ne te limites pas, écris tout, repense à ce que tes professeurs notaient sur tes bulletins, ce qu’on disait de toi quand tu faisais des activités, les mots ou expressions employées par tes parents, tes frères et sœurs, tes amis,….Une fois cet exercice accompli et ces qualités écrites noir sur blanc, surligne les trois qui pour toi te qualifient le mieux, ce sont d’ailleurs sûrement celles qui te sont venues en premier.

Le second exercice que je propose est celui de replonger dans ton enfance et ton adolescence. J’ai lu un jour un article qui disait que pour trouver ce pourquoi on est fait, il fallait se souvenir de ce qu’on faisait enfant et qui agaçait tout le monde. L’idée peut paraître saugrenue, pourtant petite j’adorais crier de toutes mes forces, et aujourd’hui je consacre ma vie à la communication! Un de mes proches avait tendance à avoir réponse à tout, aujourd’hui il se reconvertit dans un métier qui lui permettra d’apporter des réponses techniques aux problèmes des gens. Tu peux aussi te concentrer sur ce que tu adorais faire enfant, lorsqu’on ne te posait pas encore de limites rigides et étouffantes réservées aux adultes. “Plus tard je serais….” qu’est-ce qui te venais alors? ça peut être plein de petites choses qui te paraissent sans importance, mais peu importe: notes-les! Une fois que tu auras trouvé plusieurs activités, essayent de noter les 5 qui te faisaient vraiment vibrer. Rappelle-toi les bénéfices que t’apportaient ces activités, tes ressentis. As-tu souvenir de la façon dont étaient accueillies ces activités par ton entourage? Y a-t-il des réflexions qui te reviennent, identifies-tu des croyances ou des experiences que tu aurais emmagasiné malgré toi (“c’est pour les enfants”, “ce n’est pas avec ça que tu gagneras ta vie”, …)? Que suscitent ces souvenirs en toi: motivation, regrets, …? Si des regrets font surfaces, quelle place pourrais-tu redonner à ces activités dans ta vie d’aujourd’hui?

Enfin, nous allons aller creuser du côté de la jalousie. Qu’est-ce que j’envie aux autres? Prends une feuille et dessine trois colonnes. Dans la première, note des motifs de jalousie.Par exemple j’entends très souvent de la jalousie sous-jacente lorsqu’on parle de blogueuse. Qu’est-ce qui fait envie? Le fait de vivre de sa passion, d’avoir du temps libre, de recevoir des cadeaux, d’être connu, de voyager,…. bref, notes ce qui te fais rêver. Puis, dans la seconde colonne, notes ce qui se cache derrière cette jalousie, quelles sont les valeurs sous-jacentes à tes envies: la liberté, la justice, la reconnaissance,…? Enfin, notes ce qui, dans la vie dont tu rêves, te permettrait de vivre en harmonie avec ces valeurs.

Tu essayes?

 

 

Petit rappel

Cet exercice n’est pas une “formule magique”, il ne t’aideras pas à réaliser tes rêves mais plutôt à savoir où tu veux aller, quel chemin emprunter. C’est un début pour donner vie à tes rêves, les faire émerger de façon consciente. Cet outil permet de faire le lien entre ce que tu as déjà, aujourd’hui dans ta vie, les choses qui t’apportent de la joie, et ce que tu souhaites pour demain. Au-delà de l’aspect personnel c’est aussi un réel élan de solidarité et d’altruisme: j’apporte ma pierre à l’édifice, je décide de participer et de m’impliquer dans le Monde.

Surtout, garde à l’esprit que ça peut prendre du temps. Remplir ton Ikigai ne va sûrement pas se faire en dix minutes. Ça va te demander une réflexion longue et intense. Certaines notions seront faciles, évidentes, d’autres beaucoup moins. Ça risque de te prendre plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plus en fonction de ton niveau de connaissance de toi-même. C’est justement cette réflexion sur soi qui est intéressante, c’est là qu’il faut aller gratter. N’hésite pas à t’y mettre par petites étapes, progressivement, 10 minutes par ci, 15 minutes par là, et de réfléchir entre chaque session d’écriture (en prenant le soin d’avoir toujours un petit cahier de notes à proximité si des idées émergent). Prends ça comme un jeu pour apprendre à mieux te connaître, vas à ton rythme!

 

 

Cet article t’as plu? Epingle-le sur Pinterest!