Comment atteindre ses objectifs

Hello !

En cette fin d’année 2018, je suis sûre que de nouveaux objectifs germent dans ta tête! Qui dit nouvelle année dit nouvelles idées, nouvelles envies et parfois même nouvelle vie! Qui de mieux qu’une coach pour t’orienter dans cette direction?
En numérologie, 2019 sera une année 3, ce nombre est un synonyme de dynamisme et de communication, , d’expression, de chance, d’animation, de création, d’humour. Symbole de la trinité, de l’enfant, des cycles de vie, il est figuré par le triangle. C’est une année pour s’extérioriser et relever des défis, s’exprimer, animer, créer du lien. Attention cependant à l’immaturité qui peut y être liée, au côté brouillon, éparpillé, superficiel et dépensier que peut raviver ce nombre.

Dans le flow de cette énergie, quoi de plus motivant que de se fixer des objectifs et de parvenir à les atteindre? L’excitation naît du challenge, s’il suffisait de se dire “je veux faire ça” pour y parvenir ça serait bien trop simple, tu en conviens?!  Souvent quand on ne parvient pas à atteindre l’objectif qu’on s’était fixé on le vit comme un échec cuisant, on se remet en question, on se sent nulle, on se dévalorise…. et on abandonne!  Si je te disais qu’en fait les fois où tu n’as pas réussi, c’était sans doute parce que le problème ne venait pas de toi mais de l’objectif en lui-même et de la façon dont il était formulé : tu ne savais sans doute pas VRAIMENT comment le définir. Oui je sais, à première vue ça paraît simple comme exercice, et pourtant…..

J’ai eu envie de te dévoiler une méthode qui fera que TOUS les objectifs que tu te fixeras seront atteignables à coup sûr, à condition de la respecter à la lettre bien entendu!

Les grands principes de la méthode SMART

Cette méthode s’appelle SMART, elle va t’aider à formaliser tes objectifs pour augmenter tes chances de réussite. C’est une méthode de gestion par but, et son gros avantage c’est qu’elle est utilisable dans tous les domaines de ta vie. Comme tu le sais sans doute, smart signifie intelligent. Et, tu vas le voir, cette méthode porte bien son nom: elle est pleine de bon sens. Commence donc par te poser cinq minutes pour réfléchir à ce qui te tiens vraiment à cœur aujourd’hui: que veux-tu améliorer dans ta vie? Quel domaine pourrait être optimisé? Est-ce ta vie professionnelle, personnelle, ton organisation, ta relation avec une personne en particulier, …? Une fois correctement défini (si tu as du mal à prioriser tu pourras retrouver toutes les astuces nécessaires pour t’aider et viser juste dans mon ebook “Planification de Projet”), tu peux passer à l’application de la méthode.

Le mot SMART est en réalité un acronyme de 5 critères à appliquer lors de la définition d’un objectif.

Le S de Spécifique

 

Le S de SMART signifie Spécifique. Ton objectif doit être le plus précis possible. Il ne doit pas laisser de place à une quelconque interprétation mais s’appuyer sur des données simples, factuelles et compréhensibles.

Si tu as du mal à définir ce premier point, utilise la trame suivante:

Quel est l’objectif ?

Y a-t-il un lieu en particulier ?

Quels sont les besoins ?

Quelles sont les contraintes ?

Pourquoi réaliser cet objectif ?

Le M de Mesurable

Tu dois être en mesure de quantifier ton objectif. Ainsi, tu pourras facilement  évaluer ton avancée et tes progrès, et réajuster au besoin.

Par exemple: heures passées avec ton conjoint ou tes enfants, chiffre d’affaires à atteindre, nombre de kilos à perdre -> formuler avec le poids idéal à atteindre, nombre de cigarettes non fumées,  de mots à écrire pour ton roman,…

Le A de Ambitieux et Atteignable

Oui, les deux à la fois! Il doit être motivant, te porter plus haut, plus loin, tout en restant réalisable.

On évitera par exemple de se fixer comme objectif de courir un marathon dans deux semaines si on n’est pas sportif et entraîné, mais à l’inverse on évite les objectifs “bateau” qui sont tellement riquiquis qu’ils n’ont aucun enjeu. Mets-toi dans une dynamique positive et boostante!

Le R de Réaliste 

Si ton objectif est hors de portée, il n’est plus réaliste, ni réalisable. Ainsi sa réussite ne doit dépendre que de toi-même. Un manque d’argent, de temps ou de compétences peut te pousser à te fixer des objectifs irréalisables: tu dois disposer de tous les moyens pour sa mise en œuvre. Il doit être pertinent et ne pas dépendre du hasard ou du bon vouloir d’un tiers: c’est TON OBJECTIF, et tu sais pourquoi tu veux l’atteindre! Il est important de viser haut mais pas trop, sauf si tu es d’accord avec la théorie de Tim Feriss dans son livre “La semaine de 4 heures”, qui a un point de vue intéressant sur le sujet.

Tu dois posséder les connaissances, les compétences et les capacités adéquates pour atteindre l’objectif, ou être en capacité de les acquérir assez facilement et rapidement!

Cet article t’a plu? Partage-le sur Pinterest!

Le T de Temporel 

Fixe une échéance clairement définie: date de début et date de fin. Évite les approximations du type “cet été”, “après Noel”, …

Définir une date butoir va te mettre (un peu) dans l’urgence, ce qui permettra de rester motivée et focalisée sur le but à atteindre, sans quoi tu risquerais de t’en détacher.

Abraham Lincoln disait d’ailleurs: « Un objectif correctement défini est à moitié atteint. »

Petite précision cependant: pense à tout noter! Tu auras beau te fixer de supers objectifs SMART à souhait, si tu les notes pas tu amoindris ton engagement. Alors note tout! Idem si les paramètres sont amenés à changer en cours de route: il est important de garder une trame pour avancer de façon régulière et précise, tout en ne perdant pas de vue l’objectif final! Replonge toi régulièrement dans tes notes, ou mieux encore, mets ton objectif sous ton nez (fond d’écran, post it,….) pour constater si tu respectes bien ton engagement, et t’en remémorer les points essentiels.

Autorise-toi également à réajuster tes objectifs, tu n’es pas à l’armée! Si tu t’étais fixée un objectif, mais qu’entre-temps un second a émergé et qu’il interfère avec le premier, reprends ton premier objectif et réévalue-le grâce à la méthode SMART, en tenant compte du second. De même si des difficultés indépendantes ont surgi (problème familial ou autre…), garde le sens des priorités et fais preuve de souplesse (mais pas de laxisme!).

Conclusion 

Pour récapituler, un bon objectif est donc SMART et toujours formulé positivement (par exemple si je veux maigrir je ne parle pas de kilos à perdre mais de poids à atteindre, si je ne supporte plus mon travail je ne dis pas quitter mon job mais trouver une activité professionnelle dans laquelle m’épanouir,…) . Il commence par “je veux” (et non pas “voudrait” ou “aimerait”: ce n’est pas un souhait c’est un objectif!!!). Typiquement, un mauvais objectif serait: “je veux relancer mon compte Instagram ce mois-ci”, à transformer en “Je veux publier des citations inspirantes tous les jours sur mon compte Instagram pour le 7 juillet 2019, ce qui me permettra d’augmenter mon nombre d’abonnés et de gagner en visibilité”. 

Bien entendu la simple définition de l’objectif ne mène pas toujours à sa réussite, mais c’est un bon début! Pour mener son objectif à terme il faut ensuite travailler sur la construction du projet, planifier et construire un plan d’action en béton, s’assurer qu’il n’y aura de peurs, de croyances limitantes ou autres qui viendront s’interposer, prévoir des bilans réguliers et un plan B… Tu trouveras tout ça dans mon ebook “Bilan et planification de projet” qui te permettra de concrétiser tes envies dans le flow et la facilité avec une méthode complètes et des exercices puissants!

Enfin, n’hésite pas à en parler autour de toi. Si c’est un objectif très personnel bien entendu ne va pas le crier sur tous les toits, mais discutes-en avec des personnes de confiance. Elles ont peut-être elles-mêmes des objectifs à atteindre et pourront te soutenir. Idem si tu as des coups de mou ou des moments de doute, un soutien sera toujours le bienvenu! Si tes objectifs concernent une reconversion professionnelle, un projet entrepreneurial ou ton activité indépendante (chiffre d’affaire, attirer tes clientes idéales, augmenter tes prix,…), n’hésite pas à nous rejoindre dans le groupe Facebook Privé! Non seulement tu bénéficieras d’une communauté bienveillante et motivée mais aussi de mes conseils et astuces de professionnelle!

Reconversion: se connaître pour optimiser ses révisions

Hellooooo!

Parlons peu, mais parlons bien ! Haha non, bon ok j’arrête tu sais bien que mes articles sont plutôt longs 😉 Aujourd’hui on va se pencher sur le sujet de la reconversion professionnelle et voir comment faire pour optimiser ses révisions quand on se lance dans un projet de reconversion. Hé oui, souvent le temps des études et de la scolarité est (plus ou moins) loin, et les révisions n’étaient plus à l’ordre du jour depuis longtemps ! Se remettre dans le bain n’est pas toujours évident et peut même créer de véritables angoisses pour celles dont la scolarité a été difficile.

Ce que j’ai immédiatemment compris quand j’ai repris des études en choisissant de me tourner vers le coaching, c’est que je devais comprendre mon fonctionnement pour optimiser mes révisions. Ok et donc là je te vois d’ici, fronçant les sourcils « comprendre ton fonctionnement… ? » Oui, on a beau avoir la chance pour la pluprt d’avoir une constitution à peu près identique, autrement dit un cerveau avec deux hémisphères, deux yeux, un nez, une bouche, et un corps, à l’intérieur ça ne fonctionne pas pareil pour tout le monde. Attends, je t’explique tout ça.

Je ne sais pas pour toi mais pour moi , comme on me l’avait toujours enseigné, il y avait deux types de mémoire sensorielle: visuelle et auditive. Bizarrement je n’avais jamais vraiment défini où je me trouvais: je ne suis pas du tout physionomiste, à moins que la personne m’aie marquée pour une raison X ou Y, il y a de grandes chances pour que je ne la reconnaisse pas (ce qui m’a valu des situations cocasses lorsque je travaillais dans le commerce! Heureusement avec mes clientes tout va bien merci !). J’ai du mal à me souvenir des films, des séries, des livres…. Auditivement c’était un peu pareil, j’avais beau lire mes cours à voix haute pour imprimer leurs contenu dans mon cerveau, je ne me sentais pas plus “auditive” que “visuelle”.

J’avais donc laissé tombé, me disant que j’étais sans doute un peu des deux ou un genre de d’espèceétrange qui n’aurait pas de type de mémoire spécifique, et voilà, point barre, passons à la suite. J’ai toujours été relativement bonne à l’école, sans trop forcer je m’en tirais avec la moyenne, mais rester assise toute la journée était une vraie contrainte, je dessinais tout le temps, l’inactivité m’était très pesante (ma mère me raconte d’ailleurs souvent cette anecdote où, alors que j’étais en maternelle, je serais rentrée de l’école en lui disant que je n’aimais pas être assise en classe! Comme quoi certaines choses se définissent jeune!). Et, bien entendu, ça ne m’aidait pas à apprendre puisque plus je ressentais ce besoin de mouvement, plus mon esprit se focalisait là-dessus, et moins j’étais attentive à ce qui se passait ou disait autour de moi. Ce qui explique surement pourquoi, rapidement après mon bac, j’ai ressenti le besoin de partir dans une voie plus manuelle, créative, où je serais dans l’action. Travailler derrière un bureau toute la journée me semblait impensable. Et l’école commençait à me rebuter, je ne me sentais pas en adéquation avec ses méthodes.

La kinesthésie, c’est quoi?

L’année dernière je suis tombée complètement par hasard sur le mot kinesthésie. Il m’a intrigué, et en regardant sa définition je ne m’attendais pas du tout à ça: “La mémoire kinesthésique concerne toutes les perceptions par le toucher. Il est parfois question de mémoire tactile. Une personne kinesthésique a besoin de bouger, de dessiner, bref, de mettre son corps en mouvement et de ressentir des émotions pour retenir les leçons.” En fait avant de lire cette définition je ne savais pas du tout ce qu’était la kinesthésie!

Sans même faire de test (il en existe des dizaines sur internet), j’ai tout de suite su: j’étais donc KINESTHÉSIQUE!!! Tout s’expliquait! Comment voulez-vous vous sentir adaptée dans une société qui connaît vos besoins mais n’en tient jamais compte tout au long de votre parcours scolaire? Comment se fait-il qu’on connaisse la kinesthésie, qu’on la définisse, qu’on l’analyse, et que l’on n’utilise pas ces données lors de notre processus d’apprentissage? Pourquoi on ne nous fait pas passer un test en maternelle pour savoir quel est notre type de mémoire afin d’y adapter (pour le reste de notre scolarité ) nos méthodes d’apprentissage? Combien d’enfants ont l’impression de ne pas être adaptés au milieu scolaire alors que c’est justement l’inverse?! Je n’ose même pas imaginer la quantité de personnes qui a pu être dégoûté de l’école à cause de ça…

Einstein le traduit très justement: “Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur sa capacité à grimper dans un arbre, il passera sa vie entière à croire qu’il est stupide”. Coucou les kinesthésiques: nous étions juste des poissons à qui on demandait d’être des singes!

Comment savoir si tu es kinesthésique ?

Il existe différents signes qui indiquent que tu es kinesthésique :

  • Tu apprécie le confort et la douceur. Côté vestimentaire, tu as une prédilection pour les tenues décontractées ;
  • Tu es intuitive, instinctive
  • Lorsque tu marche, tu es concentrée sur tes réflexions intérieures. Tu es de ceux qui croise des proches dans la rue sans les voir ;
  • Lorsque tu discute, tu aime toucher ton interlocuteur : une petite tape dans le dos ou une accolade…
  • Tu as une imagination débordante et fais souvent preuve d’impulsivité ;
  • Tu te fie beaucoup à tes ressentis, en général il te faut à peine quelques minutes pour savoir si tu te sens bien avec quelqu’un ou dans un lieu
  • Tes émotions sont souvent intenses
  • Tu ressens sans cesse le besoin d’agir, d’expérimenter, sans quoi tu n’assimile pas ou mal l’information

Si tu regroupe au moins cinq de ces caractéristiques alors il y a de grandes chances que tu sois toi  aussi kinesthésique.

Cet article te plais? Partage-le sur Pinterest!!!

Comment le gérer lors de ta reconversion?

Tu dois rester en mouvement. Ça peut paraître étrange , mais c’est le cas: un kinesthésique qui s’arrête risque la dépression, son émotivité naturelle ne faisant que renforcer ce sentiment. Bouge, manipule, crée, invente, imagine, ressens, rencontre, sois active ! N’hésite pas à demander à ce qu’on te montre, à expérimenter par toi-même avant de te lancer, sinon gare au syndrome de l’imposteur! C’est un des critères sur lesquels je me suis basée pour choisir ma formation de coaching: elle devait être pratico-pratique! D’autant que je ne m’imaginais pas coacher une cliente sans m’être entraînée et avoir testé les outils moi-même auparavant! Donc oui, si tu souhaite par la suite développer ta propre activité c’est d’autant plus important, sans quoi tu risque de ressentir un gros sentiment d’illégitimité!

Tu as besoin d’idées nouvelles, de te connecter à ton intuition, de sortir des marasmes de ton cerveau? Vas faire une ballade, sors ton vélo d’appartement, fais  du yoga, prends une douche: ton esprit ne se mettra pas en marche si ton corps est inactif, tu auras alors la sensation de “pédaler dans la semoule” ou tu resteras bloquée dans le mental, à ressasser et ruminer! La reconnexion au corps est essentielle lorsqu’on est kinesthésique.

Accepte-le. Aller contre ta kinesthésie serait contre-productif! Une fois que tu réalise que tu es kinesthésique, mets en place des astuces au quotidien pour favoriser ta concentration. Elabore des techniques afin de te faciliter la tâche. J’ai remarqué par exemple que je mémorise mieux si je dessine en même temps que j’écoute (même si c’est des gribouillages complètement abstraits, peu importe), pareil quand je lis un livre un peu technique ou laborieux dont je veux tirer un enseignement: je prends des notes ou je réexplique à quelqu’un le contenu lors d’une promenade. Le fait de me mettre en action, de quelque façon que ce soit, m’aide énormément.

Pour te tester et en apprendre plus sur le sujet, je te propose le site de Pascaline Jouis, psychothérapeute à Nantes,  qui propose un test pour savoir quel est ton type de mémoire,  et t’envoie ensuite des fiches par mail en fonction de tes résultats! On trouve sur son site beaucoup d’informations , sache d’ailleurs qu’il est possible de cumuler plusieurs types de mémoire: tu peux être kinesthesique-visuel, auditif-kinesthesique, etc…

Dans mon prochain article sur la reconversion je te donnerais des méthodes d’apprentissage adaptées aux kinesthésiques!

Et toi, sais-tu de façon certaine quel est ton type de mémoire? Connaissais-tu la mémoire kinesthésique? Quels astuces as-tu mises en place pour optimiser tes révisions en fonction de ton type de mémoire ?

Bullet journal: un outil de développement personnel

Hello la compagnie!

J’ai envie de revenir aujourd’hui sur un objet très à la mode et dont on entend beaucoup parler: le bullet journal, ou bullet agenda! Après avoir cédé à la tentation  je me suis rendue compte qu’en fait bien plus qu’un outil d’organisation , de gestion du temps et de productivité, il pouvait devenir un véritable allié de développement personnel quotidien! Alors oui, à première vue le lien n’est pas forcément évident. On va voir ensemble en quoi ton bullet journal peut t’aider à devenir une meilleure version de toi-même!

Le bullet journal

Si tu as résisté au phénomène Bullet Journal ou que tu ne t’y es pas encore intéressé, nous allons revoir ensemble en quoi il consiste. Tout à commencé avec Ryder Caroll, designer new-yorkais qui a inventé il y a quelques années un nouvel outil d’organisation personnelle: le bullet journal (prononcez “boulette journal”). Le bujo (contraction de bullet et journal) est un système d’organisation analogique, simple et personnalisable à l’infini: adieu post it et classeur!

Le principe est très facile : prends un carnet et en quelques minutes tu obtiendra un agenda / journal très flexible qui te permettra d’optimiser ton organisation. Le gros avantage, c’est que ton bullet c’est toi à 100%: tu peux le personnaliser et l’adapter. Par exemple, dans un bujo, pas de date: c’est toi qui décide quand il démarre et quand il se termine! Si tu es à fond dedans pendant six mois, que tu lâche quelques temps et que tu y reviens, ça ne pose pas de problème! C’est donc un carnet d’organisation et d’optimisation du temps personnalisable et adaptable à tes envies/ besoins.

Bien choisir son bullet journal

ça ne paraît pas comme ça, mais choisir son bullet journal peut s’avérer être un vrai parcours du combattant! Certains sont à créer de toute pièce, alors que d’autres ont déjà une trame bien construite avec quelques pages vierges pour laisser libre cours à son imagination. Attention la création complète d’un joli bujo est très chronophage, d’autant plus si tu veux en faire quelque chose de vraiment soigné et agréable à l’œil. Entre les lettrages et la décoration, ça demande beaucoup de temps! J’ai donc laissé tombé cette option et me suis dirigée vers un cahier avec une trame à remplir, pour me concentrer sur l’essentiel et ce qui me semblait vraiment important: le contenu.

Si je devais te donner un conseil si tu es novice en la matière, ce serait de démarrer avec un cahier qui contienne des pages toutes faites et d’autres à créer, je trouve que c’est un bon mix entre les deux et ça permet de savoir ce qui te conviens le mieux. Je vois beaucoup de personnes se lancer dans le bujo à créer de A à Z lâcher assez rapidement car il demande trop d’investissement… c’est dommage!

Pour être efficace crée toi un joli espace de travail, fais de la planification, cherche des idées déco sur Pinterest ou des blogs spécialisés. Rien de tel que de dessiner  et ajouter des petits détails mignons à ton bujo pour avoir envie de l’emmener partout avec toi et de le glisser dans ton sac pour ne rien oublier! A la base le bullet journal est un cahier avec des pointillés, mais rien ne t’empêche de lui préférer un planner, un petit carnet, un agenda, bref, adapte-le à tes goûts!

Tu peux aussi le créer toi-même si tu le souhaites, pour ça je te propose ce tuto créé par Canva qui t’explique tout étape par étape!

Le bullet journal, allié de développement personnel?!

Revenons maintenant au sujet principal de cet article: en quoi le bujo est un allié de développement personnel? Tu l’aura compris, il permet de mieux s’organiser et de gagner du temps. Mais surtout,  j’ai réalisé que, pour moi qui n’avais plus d’agenda depuis que j’ai quitté les bancs de l’école, c’est en fait un excellent moyen de faire un bilan et d’avoir une vue d’ensemble. Je m’explique: il t’es possible de mettre en place plein de petits exercices positifs (qui y seront peut-être déjà si tu prends l’option du cahier tout fait). Ces exercices ont pour but de prendre du recul sur toi-même, tes petites habitudes mais aussi ce qui te donne de la joie au quotidien, et ce que tu veux améliorer dans ta vie. Si je me base sur le mien par exemple, voici ce qui pourrait t’inspirer:

-Mes 10 objectifs de l’année. Présenté sous la forme d’une roue de la vie, tu dois annoter les 10 sections et mettre en fin d’année le niveau de satisfaction que tu attribue à chacun de tes objectifs. Attention cependant à ne pas te fixer des objectifs démesurés (je t’invite à rejoindre dès maintenant mon groupe Facebook pour savoir comment atteindre tes objectifs!)

-Mes souvenirs: revenir sur des moments que tu as rangé dans un coin de ta tête, qu’il te sera agréable de te remémorer et de relire par la suite. Pour aller plus loin tu peux te demander “qu’est-ce qui m’a rendu particulièrement heureux à cet instant? Qu’est-ce que j’ai ressenti ou éprouvé? Comment revivre ce sentiment plus souvent?

-A chaque début de mois, faire une to-do list des choses à faire et une liste de tes objectifs. Par exemple dans la to-do list tu mettras “prendre rdv avec le vétérinaire pour le rappel de vaccins de Choupette ou recoudre le pull de Jules”, et en objectifs sport, écriture, lecture, boire un litre d’eau, que sais-je encore! Cette partie m’a beaucoup aidé notamment pour l’arrêt de la cigarette: je remplissais la case à chaque fois que je fumais une cigarette, en précisant le nombre de cigarettes fumées. J’avais ainsi une vue globale à la fin du mois qui me permettait de savoir si j’avais une évolution positive! J’aime bien aussi l’idée de se fixer de petits objectifs tous les mois: ça évite de se démotiver en cours de route!

-Faire un encadré pour tes “plus”de la semaine, mais aussi tes points à travailler. J’ajouterais aussi un espace “gratitude“, pour toutes les choses du quotidien pour lesquelles tu es reconnaissante: le sourire du facteur, le voisin qui t’a dit bonjour, le joli coucher de soleil…. Ce serait un exercice à pratiquer tous les jours!

-Le bilan des 6 mois: tous les six mois, faire un bilan de tes petites victoires et des points qu’il te reste à améliorer. Hyper motivant!

Où je me vois dans 5 ans. Un bon exercice c’est aussi d’apprendre à se projeter. Qui j’aimerais devenir, à quoi j’aimerais ressembler dans 5 ans, où j’en serais dans la vie? D’ailleurs, si tu veux savoir comment faire le bilan de ta vie, je t’invite à aller lire cet article!

En fait, le but de tous ces petits exercices est de s’attacher au positif. Même tes “flops” doivent être pris comme des points à améliorer. Le but du bujo axé développement personnel va te permettre de mieux te connaître, d’analyser tes points forts et tes points faibles. Il va aussi booster ta motivation: tu as couru 10 km cette semaine? Pourquoi ne pas se fixer pour objectif un marathon dans 6 mois?! En fait tu vas voir que tu es capable d’accomplir de belles choses, et qu’en avançant petit à petit tout devient possible! Tu vas aussi mettre le doigt sur tes faiblesses (manque de ténacité, découragement, faible confiance en toi) et apprendre à les dépasser. Une fois que tu auras suffisamment de recul sur toi-même, tu ira plus loin et plus vite!

Cet article te plais? Partage-le sur Pinterest!

Pour aller plus loin….

Si ces quelques exercices t’ont plu et que tu souhaite aller encore plus loin dans ta démarche, c’est possible! Tu peux tout à fait te créer des outils faits sur mesure. Par exemple si tu effectue une morning routine, n’hésite pas à créer un encart à chaque début de mois “My morning routine du mois”, en précisant tes activités et le temps que tu y consacre chaque matin, ainsi que les éventuels réajustements à apporter!

Voici quelques petites idées bonus:

  • Les listes loisirs! De films, de livres, de recettes, …. Tes favoris ou ce qu’il te reste à tester! Ou les deux!
  • Lever ses blocages. Il est important de comprendre où se situent nos blocages, nos plus grandes peurs. Prendre le temps de comprendre ce à quoi ça nous renvoie et pourquoi on vit mal telle ou telle situation peut s’avérer très utile! Par exemple si tu ne supporte pas que l’attention soit focalisée sur toi, fixe toi des micro challenges chaque semaine pour dépasser ta peur!
  • Tes points forts. Et si tu t’autorisais à te pencher sur tes points forts, et à les lister? ça fait toujours du bien et ça peut se montrer très utile en cas de coup de mou ou de baisse de moral!
  • La liste de vie, ou bucket list! Pour noter tout ce que tu souhaite accomplir avant la fin de ta vie, tes 30 ans, tes 50 ans…. C’est toi qui fixe la limite et qui définis tes grands rêves à accomplir! Pour connaître les miens je t’invite à lire cet article!
  • Des citations, ou des extraits de livres. Tout ce qui te fais du bien, te redonne le moral et te booste!
  • Les challenges. Il existe des idées de challenges mensuels à relever que tu pourra trouver sur internet. Ce sont des défis avec des listes de tâches à accomplir par jour. Il y a par exemple des challenges sportifs, de rangement, ….
Tu l’auras compris, une fois que tu te sera lancé dans la tendance du bujo tu te  demandera pourquoi tu as attendu si longtemps! Cet outil qui peut paraître anodin est en fait ton espace intime, et peut te permettre de suivre ton évolution! Le gros avantage c’est qu’il te permettra de faire le point à chaque changement de carnet sur la période qui s’est écoulé! Bref, un allié précieux pour t’épanouir et développer ton potentiel!

Et toi, tu utilise un bujo? Est-ce que tu y a intégré des exercices de développement personnel? 

Arrêter de procrastiner: la technique

Bonjour ! 

Comment arrêter de tout reporter et remettre au lendemain, vaincre la procrastination, éviter frustration, découragement, échecs à répétition & culpabilité en adoptant des habitudes efficaces? Retrouver le sens des priorités, se concentrer & arrêter de tout faire en urgence au dernier moment… ou même trop tard ! Et si la paresse transformait les petites choses du quotidien en corvée à force de repousser l’échéance ?!

Je te parle de procrastination aujourd’hui sur le blog. Tu sais toutes ces fois où tu te dis « aujourd’hui je fais ça », et puis tu trouves plein de choses à faire entre temps, et arrivé au soir tu as tout fait… sauf ça ! (Quand je dis tout j’entends : traîner sur les réseaux sociaux, regarder quelques épisodes de ta série préférée, faire une sieste, regarder quelques vidéos sans grand intérêt sur Youtube puis aller liker des photos sur Instagram…. Ce genre de journée hyper productive où tu reportes au lendemain et où tu n’as pas vraiment fait preuve d’efficacité^^). Et bien sûr une fois la journée écoulée tu te dis « allez demain j’arrête, je me reprends en main ! » Sauf que trois mois après rien n’a changé… On passe tous par là, un jour ou l’autre! Voici mes dix astuces pour arrêter de tout remettre au lendemain et adopter une attitude positive !

Si cet article te plais, pense à l’épingler sur Pinterest!

Du temps pour soi

Avant de rentrer dans le vif du sujet j’avais envie de faire une petite piqûre de rappel : tu as le droit de prendre du temps pour toi. C’est même nécessaire. Il est important dans sa vie d’avoir des « soupapes de décompression » : des moments à toi, pour toi, où tu fais ce dont tu as envie. Bien entendu que tu sois femme mariée mère de cinq enfants ou célibataire sans enfants tu ne disposeras pas forcément du même laps de temps. Mais te prendre ne serait-ce que quinze minutes par jour pour souffler & penser à toi me paraît essentiel ! Entraîné dans le tourbillon du train-train quotidien on a tendance à oublier à quel point c’est bénéfique de bien gérer son temps pour s’autoriser à prendre une pause. Parce que oui, on parle bien là de s’autoriser : en soi, personne ne nous oblige à courir partout, notre rythme on se l’impose nous-même ! Donc pour stopper les journées de léthargie contre-productives, mon premier conseil serait le suivant : prends souvent du temps pour toi ! Tu as aussi le droit de décider de dire non quand on te demande quelque chose qui ne te parais pas juste ou approprié !

Pour être efficace, et arrêter de se sentir coupable, il va falloir apprendre à planifier et ne plus s’y prendre le jour même… ou trop tard! Pour y remédier, rien de tel qu’une petite gratification à chaque tâche pénible. Eviter de se laisser distraire systématiquement, arrêter de viser la perfection, de reporter, retarder,  repousser, différer et remettre sans cesse à demain les choses à faire. Dis-toi bien pour te motiver que chaque tâche accomplie n’est plus à faire. On a souvent tendance à mettre en place une stratégie d’évitement, véritable cercle vicieux qui nous pousse à ne rien faire et plus le temps passe, plus on va être stressé, se culpabiliser, se surcharger mentalement avec toutes ces choses que l’on doit faire. Pour éviter ça il n’ y a pas 15000 solutions: il faut passer à l’action, vaincre son côté procrastinateur, lâcher son perfectionnisme mais surtout apprendre la gestion du temps et la confiance en soi.

Éteindre ses écrans

J’insiste, au risque de me répéter ! Mais à moins que ce que tu aies à faire nécessite d’utiliser ton téléphone, ta télé ou ton ordinateur, je te conseille vraiment de couper les écrans. Mets ton téléphone en silencieux dans une autre pièce, ne serait-ce qu’une heure ! Résiste à la tentation, tu te remercieras: tu verras que ce petit conseil anodin te fera immédiatement gagner en efficacité ! Sans stimulation extérieure tu resteras concentré sur ton objectif et ta concentration n’en sera que meilleure ! Simple mais efficace !

Faire des listes & prioriser

Comme je te l’ai dit dans un récent article, ma vie en ce moment est assez différente de ce que j’avais connu jusqu’ici : je suis passée en 6 mois d’un quotidien de salariée à 39h/semaine dans la même entreprise pendant 6 ans à celui de fleuriste en reconversion, puis d’ auto-entrepreneure ! Mon lieu de travail est aujourd’hui mon appartement et comme tu peux l’imaginer ça demande quelques réajustements dans mon organisation personnelle ! Alors la première chose qui m’a semblé indispensable, c’était de faire des listes. Deux exactement. Celle des « urgent », et celle des « pas urgent ». Parce que ce que tu as à faire n’est pas toujours urgent. Donc j’ai 3 types de listes : les mensuelles, les hebdomadaires & les journalières. Dis comme ça ça te paraît sans doute un peu prise de tête, mais ça ne l’est pas !

 Voilà comment je m’organise :

  •  A la fin du mois je note ce que je ne dois pas oublier pour le mois suivant: prendre un rdv médical, appeler une amie que je n’ai pas vu depuis longtemps, …
  •   Le dimanche soir je liste & planifie tout ce que j’ai à faire dans le courant de la semaine suivante. Je note le moment de la journée : matin, après-midi ou soir.
  •  Si des tâches s’ajoutent en cours de semaine, no stress : je me fais une check-list la veille pour le lendemain, et je coche au fur & à mesure. Ainsi je suis sûre de ne rien oublier.

En fait le fait d’organiser son quotidien permet de se libérer l’esprit : tout ce qui est à faire est noté , ce qui me permet d’être plus présente & consciente du moment présent. Quoi de plus désagréable que de se dire sans cesse  « ha oui et je dois penser à ça ! » : la charge mentale, ça te parle ?!

Utiliser une méthode et des outils qui nous conviennent

Il existe plein de méthode & d’outils pour s’organiser ! J’utilise parfois Trello mais dans l’ensemble je reste fidèle au bon vieux stylo/papier parce que j’aime avoir les choses sous les yeux ! Pour cesser de tout remettre à demain, surmonter sa flemme  et se débarrasser des mauvaises habitudes, il est essentiel de choisir un fonctionnement qui nous convienne. La productivité c’est aussi prendre conscience qu’une façon de penser positive favorise l’accomplissement des tâches rébarbatives. La charge émotionnelle que vous mettez derrière chaque contrainte,faire quelque,accomplissement,émotionnel,faire quelque chose,positive,productivité

 Et au niveau de la méthode en voici une efficace, la méthode ABCDE:

A: Tâches que vous devez accomplir – avec conséquences graves si elles ne sont pas réalisées

B: tâches que vous devriez faire – avec conséquences plus douces si elles ne sont pas réalisées

C: tâches que vous pourriez faire – aucune conséquence si elles ne se font pas

D: tâches que vous déléguez

E: tâches que vous ne ferez jamais

Voilà le truc : ne jamais faire une tâche B avant d’avoir accompli toutes les tâches A, et ne jamais faire une tâche C avant d’avoir effectué toutes les tâches B. Tu te rendras compte  si tu fais l’erreur de créer de simples « to do list » que tu auras tendance à piocher un peu au hasard, en fonction de tes envies. C’est comme ça que tu te retrouves à oublier de payer tes impôts ou ton loyer…..

S’autoriser des pauses

Il a été prouvé scientifiquement qu’un adulte est capable de rester intensément concentré sur quelque chose pendant 20 minutes environ. Ce qui signifie qu’à moins d’être dans un état de « flow », tu vas vite te lasser. S’accorder des pauses de façon régulière peut s’avérer alors très efficace.

Pour ce faire tu peux utiliser la méthode Pomodoro. C’est très simple :

  • v Choisis une tâche
  • v Mets ton minuteur sur 20 ou 25 minutes
  • v Travailles jusqu’à ce que le minuteur sonne
  • v Prends 5 minutes de pause (grignote un truc, fais-toi un thé, fais des étirements, une petite méditation,…)
  • v Puis recommence
  • v Au bout de 4 cycles, autorise-toi une pause de 15 à 30 minutes
  • (il existe des applications spécialisées)

Aménager un coin de travail

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une pièce à part entière à consacrer à son bureau, mais tu peux toujours en aménager un ! Si tu as besoin d’inspiration il te suffit d’aller sur Pinterest qui est une vraie mine à idée. Avoir un espace où tu aies tout à portée de main, avec idéalement un panneau mural pour afficher ce qui est important est clairement un gage d’efficacité ! Idéalement s’il peut se trouver dans un coin calme, sans trop de passage & sans stimulation de type télé, bruits parasites, cris des enfants etc c’est l’idéal ! Pour être efficace rien de tel qu’un endroit agréable au calme qui permette de réfléchir calmement. Pense aussi à faire le ménage: un bureau agréable est un bureau rangé sur lequel il n’y a que le nécessaire!

Définir tes moments d’efficacité

Je m’explique : tout le monde n’est pas fait pour travailler efficacement de 9h à 17h. Certains travaillent mieux le soir, la nuit, ou au contraire au petit matin… Alors c’est à chacun de noter les moments où il est le plus productif & d’essayer de caler ça au mieux dans son emploi du temps. Tu peux aussi profiter des moments creux dans la journée : tu as une pause de 2h le midi ? Pourquoi ne pas l’utiliser à bon escient ?!

Etre frais & dispo

Tu es sorti jusqu’à 4h du matin hier, tu aurais bien besoin d’une sieste mais tu t’acharne à vouloir terminer cette tâche qui te parais interminable ? Soyons clair : vas faire ta sieste ! Inutile d’y aller en force si ton état physique ou mental n’est pas approprié, tes efforts risquent d’être vains & de t’apporter beaucoup de frustration. Reviens-y quand tu seras plus en forme, ce sera un gain de temps & d’énergie !

Et quand tu as fini ?

Récompense-toi ! Il n’y a pas de petite victoire, même si ton défi du jour était rapide & pas vraiment difficile, autorise-toi à te féliciter ! Sois fier de ce que tu as accompli! Constate chaque pas, chaque progrès ! Un mur commence toujours par la pose d’une pierre ! Tous ces conseils sont juste des habitudes à prendre, une fois que tu seras rôdé ça te paraîtra évident & tu n’y penseras même plus ! Le plus dur, c’est le premier pas !